Rechercher par mots-clés

Explorer par catégories

Marie Saint Pierre

Née à Montréal, 1961

Créateur

Depuis 1986

Séance de création et d’ajustement sur mannequin vivant, 2016 © Etienne Lalonde. Photo fournie par Maison Marie Saint Pierre

Marie Saint Pierre est une designer de mode montréalaise connue pour son prêt-à-porter féminin haut de gamme alliant luxe, fonctionnalité et performance. Inspirée par l’architecture, elle conçoit des silhouettes minimalistes aux volumes inattendus, taillées dans des matières techniques.

La dimension artistique de ses créations lui a valu d’être la première designer de mode admise à l’Académie royale des arts du Canada en 2017.

Diplômée en design de mode du Collège LaSalle à Montréal, Marie Saint Pierre, née Marie-Josée Charest, lance son entreprise en 1986 sous la marque Marie Victoire. Sa première collection est constituée de trois modèles de manteaux produits dans un petit local au rez-de-chaussée d’Habitat 67 où demeuraient ses parents. L’année suivante, elle déménage son atelier dans un loft industriel de la rue Wellington. C’est également à ce moment qu’elle décide d’emprunter le nom de famille de sa mère, Réjeanne St-Pierre, pour renommer sa marque Marie Saint Pierre.

Marie Saint Pierre, 2014 © L’ÉLOI Anouk Lessard. Photo fournie par Maison Marie Saint Pierre

Dès ses débuts, la jeune créatrice bénéficie d’une couverture généreuse et enthousiaste de la presse. En juillet 1990, la commentatrice de mode du quotidien montréalais The Gazette, Iona Monahan, a écrit « qu’elle serait aux années 1990 ce que Marielle Fleury, John Warden, Leo Chevalier et Michel Robichaud ont été aux années 1960, 1970 et 1980. Un chouchou des médias. L’élégant symbole de l’image de la mode montréalaise. »

En 1991, Marie Saint Pierre ouvre une première boutique-atelier au 4455, rue Saint-Denis. C’est là qu’elle imagine le fameux tissu froissé qui deviendra sa signature durant de nombreuses saisons.

Marie Saint Pierre – (La) chef d’orchestre

ModeMontréalTV, Marie Saint Pierre – (La) chef d’orchestre, 2010

Dans les années 1990, elle se tourne vers les marchés étrangers. Elle présente notamment un défilé à Paris en 1995 et à New York en 1996.

Ses créations sont par ailleurs vendues dans les boutiques parisiennes de renom que sont L’Éclaireur, Victoire et Absinthe.

Soutenue par la Ville de Montréal qui désire revitaliser le Quartier du Musée, Marie Saint Pierre déménage son atelier et sa boutique au 2081, rue de la Montagne en 1997. L’année suivante, elle ouvre un magasin dans le quartier Yorkville de Toronto, qui fermera toutefois ses portes en 2001.

En 2004, elle relocalise de nouveau son atelier, cette fois au Château Saint-Ambroise dans le quartier Saint-Henri. À la même époque, sa sœur, Danielle Charest, se joint à l’entreprise pour en devenir la vice-présidente. Actuaire de formation, elle met son aisance avec les chiffres au service de la créativité de sa sœur.

Robe, Marie Saint Pierre, 2008. Don de Sylvie Bourbonnière, M2015.7.5.1-2 © Musée McCord

En plus de produire ses propres collections, Marie Saint Pierre multipliera les collaborations tout au long de sa carrière. Elle conçoit entre autres les uniformes des employés du Planétarium et du Biodôme de Montréal en 1994, et ceux du Musée du Québec en 1996. En 2009, elle crée la collection de literie de l’hôtel Le Germain à Montréal, et plus tard les uniformes du personnel.

En 2006 et 2007, elle travaille par ailleurs avec l’entreprise américaine MGA Entertainment pour la création de deux séries limitées de poupées Bratz habillées de ses modèles miniatures. En 2011 et 2012, elle collabore avec Reitmans le temps de deux collections capsules de robes offertes à prix abordable. Meubles Re-No fait également appel à elle pour imaginer une collection de meubles en 2014. Dans l’élaboration de ses propres collections, de ses campagnes publicitaires et du design de ses boutiques, il n’est pas rare que Marie Saint Pierre collabore avec des artistes émergents ou de renom.

Soucieuse du rayonnement de la mode montréalaise et québécoise, Marie Saint Pierre s’implique depuis toujours dans les différents regroupements de son industrie. Elle contribue notamment à la mise sur pied du Conseil des créateurs de mode du Québec et au lancement de la boutique nomade 100 % québécoise Cabinet Éphémère en 2013. La même année, elle fait partie du groupe de travail mis sur pied par le ministre des Finances du Québec pour le conseiller sur l’industrie du vêtement et de la mode.

En 2016, le parcours de la designer fait l’objet du documentaire Revealing Marie Saint Pierre, réalisé par Janice Zolf. L’année suivante, pour souligner les 30 ans de la marque, les Éditions Québec Amérique publient le livre Marie Saint Pierre – en 30 tableaux, écrit par Madeleine Goubau.

En 2018, les créations Marie Saint Pierre sont distribuées chez une soixante de détaillants au Canada et aux États-Unis. L’entreprise compte également deux boutiques à Montréal, sur la rue de la Montagne et au Centre Rockland, et une dans le quartier Wynwood à Miami. Le siège social, où travaillent environ 50 personnes, est situé sur la rue Chabanel à Montréal. Tous les vêtements Marie Saint Pierre sont produits localement. En plus de ses collections de prêt-à-porter pour femme, la designer conçoit des tenues de mariées, des meubles et des parfums. Depuis 2016, elle lance aussi ponctuellement des collections pour homme.

Sources

mariesaintpierre.com Lien externe

Baril, Gérald. «Marie Saint Pierre. Entrevue», dans M. Choko, P. Bourassa et G. Baril, Le design au Québec, Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2003, p. 310-314.

Baril, Gérald. «Marie Saint Pierre. Mode, sens et sensibilité», dans G. Baril et al., Atmosphères, catalogue d’exposition, Montréal, Centre de design de l’Université du Québec à Montréal, 2000, p. 59-64.

Carr, Diana. «The Saint Principle», Flare Magazine, June 1994, p. 42-46.

Dagenais, Angèle. «Paris l’a à l’œil. Marie Saint Pierre», L’Actualité, vol. 19, no 20, 15 décembre 1994, p. 56-61.

Desmarais, Marie-Josée. «Trois femmes à la mode» (Marie Saint-Pierre, Angela Bucaro, Chantal Lévesque), Châtelaine, vol. 36, no 10, octobre 1995, p. 59-70.

Dumas, Ève. «De la tête aux pieds. Marie Saint Pierre», La Presse (Actuel), 7 août 2001, p. B1.

Krysztosiak, Virginie. «Elle équivoque…», dans G. Baril et al., Atmosphères, catalogue d’exposition, Montréal, Centre de design de l’Université du Québec à Montréal, 2000, p. 50.

Laurier, Marie. «Marie Saint Pierre : l’architecte du corps», Le Devoir, 30 mai 1994, p. B1.

Legault, Francis. «La mode faite femmes» (Angela Bucaro, Louise Vincent, Chantal Lévesque, Marie Saint-Pierre, Hélène Barbeau), Elle Québec, no 61, septembre 1994, p. 100-102.

Simard, Renée Claude. «Marie Saint-Pierre : une designer aux ambitions internationales», Les Affaires, vol. 66, no 19, 14 mai 1994, p. 24.

Villeneuve, Paquerette. Entretiens avec Marie Saint-Pierre. De la mode considérée comme un des beaux-arts, Montréal, Éditions Liber, 1997, 109 p.

Date de publication

01/10/2004

Auteur

Dicomode

Réviseur

Madeleine Goubau, Collaboratrice

Dernière révision le
01/02/2019 Suggérer une modification

© Musée McCord 2019