Rechercher par mots-clés

Explorer par catégories

Lyse Spénard

Créateur

Depuis 1979

Lyse Spénard est une designer de prêt-à-porter pour femme dont les créations offertes à prix abordable se sont toujours adressées à une clientèle de 40 ans et plus. Elle est à la tête de la marque BYLYSE SPÉNARD spécialisée dans les tricots infroissables et d’entretien facile. Conçus pour le voyage, les modèles d’un chic décontracté se veulent polyvalents et interchangeables.

Les collections BYLYSE SPÉNARD sont distribuées dans plus de 500 points de vente au Canada et aux États-Unis. L’entreprise, située sur le boulevard Saint-Laurent à Montréal, produit ses vêtements au Canada et en Asie.

Après avoir obtenu un diplôme en commercialisation de la mode du Collège LaSalle à Montréal en 1979, Lyse Spénard commence sa carrière comme acheteuse chez Holt Renfrew où elle avait été vendeuse à temps partiel durant ses études. En 1985, Spénard s’associe avec Stanley Kitman pour créer une nouvelle compagnie, Stanlyse, qui lui permet de mettre en valeur ses talents de designer. La confection est d’abord réalisée à Montréal, pour ensuite être délocalisée en Asie. En 1994, Lyse Spénard devient l’unique propriétaire de l’entreprise. Sous sa direction, Stanlyse prend de l’expansion et connaît un rayonnement commercial important. Lyse Spénard fait alors le choix de concevoir des produits accessibles à une large clientèle et de les produire à fort volume. Sa marque est ainsi distribuée jusque dans 300 points de vente en Amérique du Nord et son chiffre d’affaires annuel atteint les 15 millions de dollars.

Au milieu des années 1990, la designer et femme d’affaires siège au conseil d’administration de l’Association professionnelle des designers de mode du Québec (APDMQ). Elle reçoit par ailleurs un diplôme honorifique de l’École des hautes études commerciales (HEC) de Montréal.

En 1999, Lyse Spénard met fin aux activités de sa compagnie à Montréal pour se joindre à l’équipe de Mr. Jax à Vancouver, où elle supervisera pendant quatre ans une division de vêtements au style décontracté. Elle revient à Montréal en 2003 pour y diriger, pendant deux ans, les boutiques L’Officiel pour Tristan & America et veiller au développement des produits maison de la marque.

En 2005, Lyse Spénard s’associe au groupe asiatique Hammax (Hong Kong) Limited qui, en plus de produire des marques privées pour différents détaillants, désire lancer sa griffe pour femme, destinée spécifiquement au marché nord-américain. La créatrice fonde ainsi la marque BYLYSE en collaboration avec le groupe. Pendant 12 ans, elle partage son temps entre l’Asie, le Canada et les États-Unis pour assurer le développement de la griffe. En 2017, elle quitte Hammax afin de poursuivre la commercialisation de sa marque avec le groupe canadien Sportcraft International Inc., cette fois sous le nom de BYLYSE SPÉNARD.

En 2019, les créations BYLYSE SPÉNARD ne sont vendues dans aucune boutique phare. Toutefois, Lyse Spénard accorde à certains détaillants indépendants qui offrent ses vêtements en exclusivité dans leur magasin ou dans un espace-boutique intégré dans un magasin le droit d’utiliser le nom de la marque.

Sources

bylysespenard.com/img/fact-sheet.pdf Lien externe

Des Roberts, Gilles. « Huit créateurs de mode québécois qui réussissent : une question de créneau et de distinction », Les Affaires, vol. LXVII, no 6, 11 Février 1995, p. 1,2-3.

Krol, Ariane. « Une designer qui porte rarement ses vêtements. Lyse Spénard joue la carte canadienne », La Presse, 17 Juillet 1996, p. C4.

Lemelin, Mireille et Lucie Desaulniers. « La griffe du succès », Revue commerce, 91e année, no 8, Août 1989, p. 16-20.

Ruer, Juliette. « Lyse Spénard : celle qui va », Elle Québec, no 32, Avril 1992, p.74.

Turenne, Martine. L’Actualité, vol. 15, no 16, 15 Octobre 1990, p. 51.

Vallières, Martin. « Une styliste devenue femme d’affaires », Les Affaires, vol. LXV, no 3, 16 Janvier 1993, p. 9.

Date de publication

01/10/2004

Auteur

Dicomode

Réviseur

Madeleine Goubeau, Collaboratrice

Dernière révision le
01/02/2019 Suggérer une modification

© Musée McCord 2019