Rechercher par mots-clés

Explorer par catégories

J.B. Laliberté

DétaillantFabricant

Depuis 1867

Chapeau (détail), J. B. Laliberté, vers 1900. Don de M. Châteauguay Perrault et Valérie Migneault Perrault, M999.54.52 © Musée McCord

J.B. Laliberté est un magasin de vêtements pour femme et homme particulièrement connu pour son rayon de fourrures. L’entreprise, située sur la rue Saint-Joseph Est à Québec, est l’un des rares témoins de l’âge d’or commercial du quartier Saint-Roch, à l’époque où des enseignes comme Pollack, Paquet et Syndicat faisaient du secteur la principale destination de magasinage de la ville.

Fondé en 1867 par Jean-Baptiste Laliberté, le commerce se spécialise d’abord exclusivement dans la confection et la vente de manteaux et d’articles de fourrure.

Par la suite, les activités de l’entreprise se diversifient pour englober le commerce de gros et la vente au détail de vêtements et de chapeaux pour homme et pour femme. À la mort du fondateur, en 1926, c’est son fils John Laliberté qui reprend les rênes de l’entreprise. Elle sera ensuite vendue en 1943 à un groupe d’actionnaires qui en fera un magasin à grande surface offrant notamment des meubles.

Cette nouvelle vocation n’a toutefois pas le succès escompté, et J.B. Laliberté frôle la faillite. Le magasin est alors vendu à rabais à l’homme d’affaires François Morisset pour qui les 20 années suivantes s’avéreront prospères. Une période plus difficile s’amorce toutefois avec les années 1970, alors que les centres commerciaux situés en banlieue gagnent en popularité. La clientèle aisée délaisse alors le centre-ville pour faire ses achats sur le boulevard Laurier à Sainte-Foy.

En 1972, le fils de François Morisset, Jacques, prend la relève de l’entreprise. J.B. Laliberté réduit considérablement ses activités en 1995, passant de quatre à un seul étage, et de 150 à 35 employés. En 1999, les espaces vacants sont transformés en lofts commerciaux et résidentiels, ajoutant des revenus d’immobilier à l’entreprise.

Pour célébrer les 150 ans du magasin, l’historien Jean-Marie Lebel a publié un livre sur son histoire en 2017. En 2018, Jacques Morisset demeure président de J.B. Laliberté. À 94 ans, il continue de se rendre quotidiennement au magasin. Ses enfants, Lucie, Suzon, Louise et Jean-François sont copropriétaires de l’entreprise. Toujours situé au même endroit qu’à sa fondation, J.B. Laliberté continue de se spécialiser dans la confection, le remodelage, la vente et l’entreposage de fourrure, en plus d’offrir des collections de prêt-à-porter.

Sources

lalibertemode.com Lien externe

LaFerrière, Michèle. « 150 ans de Laliberté : histoire de résilience, de passion et de fidélité » Le Soleil, Groupe Capitales Médias, 10 juin 2017, https://www.lesoleil.com/maison/150-ans-de-laliberte-histoire-deresilience-depassion-etdefidelite-fa21b48bcc97eb3c2aa43238c5e7aa30. 2018. Lien externe

Registraire des entreprises Québec, Gouvernement du Québec, https://www.registreentreprises.gouv.qc.ca/RQAnonymeGR/GR/GR03/GR03A2_19A_PIU_RechEnt_PC/PageEtatRens.aspx?T1.JetonStatic=384c6979-0542-4cb3-8a5a-2ed551fee5a0&T1.CodeService=S00436. 2018. Lien externe

Thivierge, Sylvie. «Commerce et architecture», Continuité, no 42, hiver 1989, p. 27.

Trépanier, Paul et Céline MÉRETTE. «Le grand magasinage. Une tournée des magasins qui ont fait les beaux jours des rues commerçantes», Continuité, no 42, hiver 1989, p. 36.

Date de publication

01/10/2004

Auteur

Dicomode

Réviseur

Madeleine Goubau, Collaboratrice

Dernière révision le
01/02/2019 Suggérer une modification

© Musée McCord 2019